Impromptus danse-musique en récréation

L'Improvisible a pu mettre en place des  « Impromptus en récré » durant ce CLEA pour la CCFI. Le principe : surprendre les élèves à l'heure de la récréation par un geste artistique multiforme.

Stéphane est installé dans la cour avec ses instruments tandis que Marguerite capte l'attention par une entrée visuelle et sonore. Là nous débutons par une variation danse-musique dans notre univers. Puis vient un temps d'improvisation entre Marguerite et Stéphane, dont la forme dépend du lieu et de la réaction des élèves.

Enfin, un temps participatif est proposé à l'intégralité des élèves de la cour. Le final est un moment de médiation : discussion avec les enfants et expérimentation d'instruments. Ainsi la récréation reprend son cours normal pour certains élèves, tandis qu'elle se poursuit en danse et musique pour ceux qui le souhaitent.

Réactions des élèves, médiation culturelle

Nous avons vu des enfants réagir de manière très intéressante.

Parfois la première réaction de certains élèves, en particulier les CM2, était de dénigrer l'événement « ouah c'est pourri » « qu'est-ce qu'elle fait elle »... Surprise, c'étaient ces mêmes enfants qui restaient le plus longtemps au contact de la danse et de la musique ensuite. Ces mêmes enfants qui nous demandaient gentiment si on pouvait leur donner des shakers œufs afin de poursuivre leur découverte musicale. D'autres élèves poursuivaient eux-même l'action, improvisant des gestes dansés grâce aux principes et aux pistes de mouvement transmis par Marguerite. L'autre retour marquant est celui de l'équipe enseignante : «  C'est marrant il y a moins de disputes. »

Geste artistique : de préférence toute l'école

Ainsi les 160 élèves de l'école Till l'Espiègle de Cassel ont pu participer à ces impromptus, lors de 2 actions successives menées dans les deux cours. Ces deux actions devaient durer 10 minutes chacune. Finalement elles se sont poursuivis durant 1 h30.

Nous avons en permanence eu le souci de mener des actions en direction de l'ensemble des élèves présents et pas une seule classe. Conformément à l'esprit du geste artistique :

Il est pris le plus souvent possible pour unité de référence l’établissement scolaire, l’association, la structure de loisirs, etc. dans son entièreté, et donc l’ effectif de jeunes qui s’y trouvent (si ce n’est l’effectif complet, du moins le plus important possible)." (Recommandations du CLEA)

De même nous avons pris en charge un groupe d 'une soixantaine d'élèves de l'école Abbé Lemire à Hazebrouck dans l'immense gymnase du centre. Les enfants évoluant tous ensemble a capté l'attention de notre unique spectatrice, la dame d'entretien qui a nettoyé pendant une heur le même siège. Et de nous dire à la fin «  ouah, c'est beau (pouce tendu en l'air) ». Nous avons mené dans cette école un autre geste artistique avec les plus petits dans leur cour de récréation.

Enfin, la balade dansée à l'intérieur de l'école de Caestre et la balade dansée à l'école de Sercus reposaient sur ce même principe, tout comme notre participation à la comédie musicale de l'école de Berthen. D'une manière générale, les enseignants nous ont témoigné du calme surprenant qui suivait ces actions en école.


                                                Tristesse - Joie

L'art dans la rue et dans des lieux non-dédiés

Dans ce même esprit, nous avons multiplié les initiatives « ouvertes », celles ou le public peut non seulement assister mais aussi participer à l'événement, sans formalité :

  • A la baille à Bailleul – danse et musique dans la rue
  • Répétition ouverte de percussions au collège Ste-Marie du CRTC
  • Duo de djembé dans la rue devant la médiathèque de Cassel et sur la place du moulin
  • Inauguration du moulin à Cassel le 21 mai
  • Balade dansée à Saint-Jans-Cappel
  • Clôture du CLEA à l'EPSM
Joomla SEF URLs by Artio